Think globally, drink locally!    
           
 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
 

  Accueil -> Société -> Cuisine -> Article précédent suivant   imprimer envoyer détacher  
   
Manger du chien n’est plus tabou
Le chien et le chat au menu des Congolais

Le chien et le chat tendent à remplacer le boeuf et la chèvre dans l’alimentation de certains Congolais. Crise alimentaire oblige, les deux animaux ont cessé d’être les amis fidèles de l’homme et les tabous ne résistent plus devant la faim. A Mbandaka et Kinshasa, des « nganda » servent officiellement de la viande de chien. Les chasseurs sont aux abois.

Chiens et chats vont désormais unir leur sort et faire équipe pour se méfier des humains. Longtemps considérés comme des animaux domestiques non comestibles, les chiens et les chats sont systématiquement traqués pour garnir les plats des humains au même titre que les chèvres, les moutons, les lapins ou les poules. La longue et atroce guerre a tellement clochardisé la population que la plupart des fermes ont été vidées par de nombreux prédateurs. Vaches et chèvres ont servi de butin de guerre et, pour des raisons évidentes, personne n’a plus pensé à régénérer le cheptel. Conséquences, abattoirs et boucheries ont arrêté de fonctionner et la population se rabat sur les seuls animaux jusque là épargnés : les chiens et les chats.

Plus succulente que le boeuf

D’une manière générale, la viande de chien ne se consomme que dans les milieux culturels luba, dans les deux provinces du Kasai oriental et occidental. « La viande de chien ne se mange qu’à l’occasion de certaines cérémonies et uniquement par des initiés, explique Mathieu Kalubi, un Luba du Kasai oriental. Cela s’appelle du Tshibelebele ». Le Tshibelebele est préparé à la braise. Dans la mégapole de Kinshasa, avec ses 7 millions d’habitants, l’alimentation pose problème. On a de la chance si on peut se nourrir une fois par jour et les produits de boucherie sont devenus hors de prix. La carence due à la guerre a amené de nouvelles habitudes alimentaires. Ainsi en est-on arrivé à penser à se pourvoir autrement en protéines animales.

Longtemps restée une pratique marginale, la consommation de viande de chien devient courante et se serait plus généralisée n’eussent été les tabous culturels. Pour des ressortissants de provinces autres que celles des deux Kasai, rien que l’évocation de la consommation de la viande de chien hérisse les poils tellement la chose est inimaginable. « Je ne peux pas m’imaginer manger du chien », s’indigne Emmanuel Tshiza, originaire du Sud-Kivu. Mais, dans les quartiers populeux de Ndjili et Masina , à Kinshasa, on ne s’embarrasse plus de ce genre de scrupules. On mange autant du chien que du chat. Si la viande de chat se consomme moins et que personne ne bombe le torse pour en avoir mangé, la viande de chien, par contre, est consommée ostensiblement à certains endroits précis.

Mme Ida Ngalula, au coin d’une rue dans la commune de Ndjili, ne se cache pas d’en servir à ses clients, de plus en plus nombreux. « Il n’y a pas que les Baluba qui viennent manger ici, répond-elle. Tous les jeunes du quartier passent chaque soir en demander à mon nganda ». Les nganda sont de petits restaurants de fortune disséminés dans la ville de Kinshasa qui proposent des repas bon marché et vendent de la bière. Des clients viennent manger du chien généralement comme amuse-gueule pour accompagner la bière. Visiblement, ils y prennent de plus en plus goût. « C’est de la très bonne viande, explique un client de Mme Ngalula. Plus succulente que celle que nous proposent habituellement les boucheries ». L’ennui c’est qu’il y a de moins en moins de chiens dans la rue.

Plainte des chasseurs

Le même constat est fait par des consommateurs de la même viande à Mbandaka, dans la province de l’Equateur, au Nord-Est de Kinshasa. A une heure d’avion de la capitale, la province de l’Equateur est couverte de forêt. On y vit de poissons du fleuve Congo ou de gibiers. Avec le climat d’insécurité généralisée, du fait de la guerre, les chasseurs ne se hasardent plus tellement dans la forêt pour la chasse. En conséquence, le gibier se fait rare au marché. A la place, la population tend à remplacer la viande de chasse par celle de chien. Comme à Kinshasa, le problème reste celui de la disponibilité de la viande.

En RDC, il ne se pratique pas d’élevage de chien comme en Chine ou au Vietnam et donc la viande est très rare. Selon, Radio Okapi, la radio de la Monuc (Mission des Observateurs des Nations Unies au Congo) qui rapporte la nouvelle, les chasseurs se plaignent des disparitions quasi-quotidiennes de leurs chiens. Mêmes plaintes à Kindu, province du Maniema dans l’Est du pays. Et là, on accuse nommément les militaires du RCD qui, le plus officiellement, traquent les chiens et les chats dans des habitations, allant jusqu’à menacer les propriétaires de leurs armes. La population canine aurait sensiblement diminuée et pourrait se trouver en voie d’extermination. Les chasseurs de Kindu ont porté plainte auprès de la Monuc qui avoue ne pas avoir de solution. Cela ne rentre sûrement pas dans son mandat.

Octave Kambale Juakali

Afrik.com - 19 août 2003
 
Light brews: Which wimp is best?
The Quest to Brew Beer With Space Yeast
Le vin et la bière
Goulash hongroise
La magnificence à l’état brut
Helm : brasseur gourmand
La microbrasserie La Barberie poursuit sa croissance
Bionade, la bière bio qui se fait mousser
Acclaim rubs off on chef
Charlie et sa bière à deux balles
Burundi : consommation d’alcool interdite avant 17h
Bière de mil et société dogon (Mali)
Tanzania Breweries Limited builds fourth factory in Mbeya
Hausse tous azimuts des prix au Burundi
La belle de nuit met un somnifère dans la bière du journaliste et subtilise son argent
Diageo: Solve Kenya’s Drink Problem With Cheap Beer
Guinness met au point une bière "stout" spéciale immigrés
Zimbabwe: Price of Beer goes up 100%
Burundi : La flambée des prix des produits de première nécessité
La Brasserie Ngola augmente sa production en 2007
Un "vin aigre" de bon goût
Les probiotiques selon Chantal Clermidy Pharmacien
Watchdog hits out over beer claims
Les différentes variétés de vinaigre
On the Chinese menu: 260 billion eggs and the world’s entire catch of fish
Eagle’s Eye: Can drinking beer be good for you?
Super Bowl, super calories...
La Levure de Bière - Saccharonyces cerevisiae
Madge’s Favourite Beer Is Now Ice Cream Too
Beer better for you than wine: official
La brasserie où le client tire sa bière tout seul : une invention tchèque
Une belle simplicité très volontaire
Les meilleures brasseries de Paris
Beer takes its place at the table
Le Colonel va vendre de la bière avec son poulet
Beer hall chain hopes to tap luck of the Irish
Anniversaires pour lieux mythiques parisiens
Une soirée dans la brasserie culte de Prague - 1° partie
Solidarité et bière d’épinette
Ingenious Tap System Serves the Perfect Beer Every Time
 
 
      sommaire | haut de page | à propos | résumé