Think globally, drink locally!    
           
 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
 

  Accueil -> Société -> Article précédent suivant   imprimer envoyer détacher  
   
Hannut : grève de la bière à la pompe

Un petit coup de pompe. Les cafetiers de Hannut, en province de Liège, n’ont pas servi de bière en fut à leurs clients. Ils ont décrété une grève des pompes. Ils dénoncent les hausses successives des bières en fût.

Ce lundi, jour de marché hebdomadaire, les cafetiers de Hannut fermeront leurs pompes à bière. Ils désirent ainsi manifester leur colère face à une nouvelle augmentation de la bière voulue par les groupes brassicoles. Mais d’une manière générale, les cafetiers veulent attirer l’attention sur la manière dont ils travaillent. Pierre Reuter a rencontré Lorenzo Conti, un cafetier hannutois....

"On est un peu une vache à lait vis-à-vis des augmentations qui arrivent tous azimuts par des brasseries, on est un petit peu toujours mis à flanc vis-à-vis de notre clientèle, parce que notre clientèle, quand on fait une augmentation, que ce soit 2 francs ou 3 francs, notre clientèle croit systématiquement que c’est nous, afin de faire nous, du bénéfice en plus, alors que nous ne faisons que d’appliquer l’augmentation et le problème, c’est que au fur et à mesure ici, on a 12% d’augmentation totale sur un an, vous comprenez bien qu’augmenter de 12% nos tarifs, c’est quasi pas possible, donc on essaie de refléter au minimum cet impact vis-à-vis de cette clientèle. Notre but est de faire comprendre à notre clientèle qu’on n’est pas là pour gagner des sous encore sur leur dos, on est là seulement pour essayer de résister à ces augmentations. C’est tout le temps de nouvelles taxes, de nouvelles augmentations, on n’a aucune aide. On est aussi dans un secteur où nos fédérations sont à gauche et à droite, mais il n’y en a aucune qui se tienne ensemble. Ici, on a voulu montrer que nous, dans notre petite ville, on pouvait se serrer les reins et on pouvait être soudés."

Parallèlement aux achats, les Hannutois pensent à l’apéritif.

René Larock
On se retrouve toujours avec mon frère ou mon beau-frère, ma soeur aux Caves et on va prendre un verre de bière.

Et aujourd’hui ?

Un café pour commencer, on verra après.

A partir de mercredi, le prix de la bière à la pompe va augmenter de 10 ou 15 centimes. Une augmentation décidée par les groupes brassicoles. Pour les cafetiers, c’est la goutte qui fait déborder le verre.

Renée Achain, "Au Central"
On paie les pompes, le nettoyage des pompes. Et les clients en patissent. Nous, nous n’avons rien de plus. Il y a chaque fois une petite augmentation. Et comme c’est l’indice de sortie dans un café, comme ce sont toujours les bières au fut qui augmentent, alors, là, on en a un peu marre.

Didier Philipot," La Brasserie"
En tout cas, quelque part, on dit, c’est un avertissement, "stop aux augmentations, il faut un peu freiner". Ce n’est peut-être pas uniquement le monde de la bière. Mais enfin, nous, nous y sommes confrontés tous les jours. Il y a un ras-le-bol de la clientèle, cela se sent.

Si les clients souhaitent une bière, elle leur est servie à la bouteille. Des clients qui comprennent l’action des cafetiers.

Jean Gilsoul, client
Je trouve que cela devient grave, parce que les jeunes, maintenant, pour faire la fête, ne seraient plus le faire dans des établissements où on vend la bière au fut, cela devient trop cher.

Jean-Louis Delvigne, client
Le café est l’endroit où, si j’ose m’exprimer ainsi, le peuple se réunit, c’est convivial. Mais ce sera un problème d’avenir. Et les cafetiers ne vont pas s’y retrouver s’ils ont de moins en moins de clientèle. Donc, on va fermer un endroit convivial à la société.

Willy Doyen, client
Cela commence à coûter très cher. Et évidemment, on va devoir restreindre ses sorties.

D’autres villes pourraient suivre l’initiative hannutoise.

Rtbf - 13 janvier 2003
 
Troubleshooter Trevor has to hop into action
Bottoms up for Fuller’s brewery
Beer too cheap? Gov’t sparks a binge
New segments, export, hot weather boost beer sales
Aladdin Beverage Announces Exclusive Rights to Antares Beer From Argentina
Les brasseries canadiennes disparaissent rapidement
Big brewers look east
Interbrew se hisse au premier rang de la bière en Allemagne
Let’s Talk
Orval : l’une des 7 merveilles
Striptease de blondes
La bière ne ferait pas grossir
La Commission clôture l’enquête concernant les pratiques d’Interbrew envers les grossistes belges de bière
Une nouvelle pils, la solution ?
Don’t sneer at beer
Crise à Jupille, la Blanche d’Hoegaarden donnée aux cochons
Beautiful Belgium beers
Le Groupe Arnoldus
Les négociants en bière menacent InBev
"Brussels Beer Challenge" : les Belges sont-ils toujours les meilleurs en bière ?
Draft Beer’s Future in Houston County
Follow That Keg
Beer and wood: a love story
High barrier plastics keg and draught beer technology
Un fût de bière autoréfrigérant
Change to keg law brewing in Albany
Pénurie de bière en vue du Mondial ?
Unhappy with NY State keg law?
Pas assez de fûts à bière en Allemagne à l’approche du Mondial de foot
Can four-keg limit tame annual UW block party?
La chaleur ravive la querelle du verre d’eau payant
Uganda: Parliament Slashes Beer, Phone Taxes
Beer-loving Czechs find proposed alcohol tax hike hard to swallow
Darling puts 25p on pint
La bière sera imposée en fonction de son taux d’alcool
Réduction de l’impôt sur la bière
Czechs back tax veto with "beer is healthy" claim
Beer gets high on tax
Combine beer, liquor stores, brewers urge Ontario
’Punjab - A Beer Drinker’s Paradise’
 
 
      sommaire | haut de page | à propos | résumé