Think globally, drink locally!    
           
 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
 

  Accueil -> Culture -> Tourisme -> Article précédent suivant   imprimer envoyer détacher  
   
Qingdao, ville et bière

Je suis sorti de Shanghai la semaine dernière pour aller me promener un peu plus au nord dans la ville de Qingdao. Qingdao, ville côtière, est située dans la province de Shandong et est reconnue, entre autres choses, pour sa bière. Avec raison d’ailleurs, la bière Tsingtao est la plus grande marque de bière en Chine, elle a aussi la qualité d’être franchement rafraîchissante. De plus, elle est étroitement reliée à l’histoire de la ville, car Qingdao n’est pas tout à fait comme les autres villes de la Chine. Un peu comme Shanghai ou Hong Kong, la ville est devenue prospère en grande partie grâce à la venue des étrangers, dans le cas de Qingdao, ces étrangers étaient Allemand.

Le site de la ville est habité depuis plus de 3000 ans, mais ce n’est que depuis la fin du 19e siècle que la ville a vraiment pris son élan. En 1891, l’empereur réalisant les qualités géographiques de Qingdao, décide d’y installer un contingent armé avec le but d’y créer un site de défense maritime. Le projet n’avance guère et en 1897, utilisant un contentieux religieux comme prétexte, les Allemands obtiennent les droits de concessions sur la ville. Ces derniers y installent leur flotte de l’Asie de l’est, créant du même coup les premières institutions de la ville, donc notamment, la fameuse brasserie Tsingtao. La flotte allemande finit par se retirer au début de la première guerre mondiale permettant ainsi aux Japonais, qui leur avaient entre temps déclaré la guerre, de capturer la ville. Ces derniers refusèrent de quitter la ville à la fin de la guerre.

L’intransigeance des Japonais, combinée à l’inhabilité du gouvernement chinois, incapable de s’opposer à ceux-ci, créa une vague de mécontentement et de questionnements politiques, autant que sociaux, connue comme le « mouvement du 4 mai ». Durant cette période, les intellectuels et la nouvelle classe moyenne vinrent à mettre en question les anciennes valeurs confucéennes, les voyants comme la cause principale de la position subversive chinoise de l’époque. C’est à partir de cette période que les idées politiques occidentales, tels que la démocratie et le communisme firent leur apparition en Chine. Le mouvement ne put cependant libérer Qingdao que pour une courte période de temps, après quoi la ville revient sous contrôle japonais.

C’est finalement en 1929 que Qingdao redevint chinoise. Mais seulement pour quelque années puisqu’en 1938, les Japonais revinrent réoccuper la ville jusqu’en 1945. À la fin de la guerre, la ville devint pour un court temps la base principale de la flotte américaine de l’ouest du Pacifique, avant de finalement tomber sous contrôle communiste en 1949. Depuis l’ouverture de l’économie chinoise dans les années 80, la ville est devenue un centre industriel et manufacturier, en plus de devenir la ville avec l’un des ports les plus importants de Chine. Elle compte aussi l’un des ports principal pour la marine Chinoise.

Le centre-ville nous offre maintenant un amalgame d’architecture allemande du début du siècle, lire ici immense villa coloniale, mélangé à de décrépites constructions chinoises à la veille de tomber en ruine, et à de fabuleuses tours à bureaux ou tours d’habitations. Ces dernières nouvellement construites, semblent pousser en Chine comme les pissenlits poussent sur un gazon chez-nous. Le tout ne manque pas de charme, surtout que la ville, ou plutôt la partie la plus belle de la ville, est construite au bord de la mer. Une longue promenade a été bâtit pour longer la côte, nous permettant ainsi de se promener entre les gratte-ciel et la mer, tout en regardant les baigneurs et au loin les gros bateaux conteneurs venus remplir leurs cales de ces produits bon marché que nous aimons tellement.

Malgré tous ses charmes, la ville n’est pas parfaite. Elle est entourée d’un immense parc industriel qui pollue les alentours et rend l’air encore plus difficile à respirer qu’à Shanghai, ville presque 10 fois plus grosse. De plus, la ville, comme l’ensemble de la Chine, semble être pris dans cet immense balancier qui existe entre deux mondes. À moitié développé, mais toujours en développement, le grand luxe existant au côté de la grande misère, la modernité en opposition aux coutumes millénaires, à la superstition et au manque de ressources, aussi bien physiques qu’intellectuelles.

Mais Qingdao avec son rythme plus lent que Shanghai, ses fruits de mer et son poisson bon marché m’a bien plu. À Shanghai, on sent l’obsession de l’argent, la gloire et de la commercialisation rampante qui nous guette partout. Mais à Qingdao les gens semblent avoir le temps de parler, de plaisanter, de sortir. Les gens ne regardent pas autant si nous portons du Gucci ou du Versace et ils ne travaillent pas 12 heures par jour. En d’autres mots, une qualité de vie qui ne se retrouve pas partout et c’est ce que beaucoup de Chinois que j’ai rencontré recherchent. C’est ce que, au Nouveau-Brunswick, dans les maritimes, nous avons et que j’espère bien, nous réussirons à sauvegarder dans un avenir aussi lointain que rapproché.

Samuel St-Pierre Thériault

Cap Acadie - 15 septembre 2007
 
Meteor : les secrets de la bière d’Alsace
Pure, cheap and a bit dull
Tortiller sur la route du houblon
NYC beer gardens: where to drink with friends
Book warns of last orders for ornate boozers
Aischgründer Bierstraße
The Ale Trail: from beer to eternity
Une expédition au coeur de l’Amazonie
Du côté de chez Lipp
Modern Berlin - from beer to the Brandenburg Gate
Kingway Brewery secures $25.6 million loan
Heineken investit 57 millions d’euros dans un brasseur chinois
De la détresse à l´aide sociale : le chemin vers l´emploi
Dutch beer giant Heineken losses suit over China chief
S&N tops up its major investment in China
La Chine renforce sa suprématie sur le marché de la bière
Un temps merveilleux pour goûter de la bière à Qingdao
La France veut vendre plus d’orge à la Chine
New Focus in Beverage and Brewery Industries
China’s Tsingtao Brewery sees 12 pct beer sales volume growth this year
Tsingtao sees double-digit growth before Olympics
Hadrian’s Wall wins Barton beer ad account
Le géant chinois de la bière prévoit d’entrer sur le marché de l’Asie du Sud-Est
La Chine, c’est pas de la petite bière
Fierce competition in Beijing beer market
Tsingtao est prêt pour Beijing 2008
La bière Tsingtao, une grande marque chinoise
Tsingtao boss raises a glass to competition in China
La Tsingtao prend source en Bourgogne
China brewer Tsingtao 2013 net profit up 12.2 percent, misses estimates slightly
 
 
      sommaire | haut de page | à propos | résumé