Think globally, drink locally!    
           
 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
 

  Accueil -> Multimédia -> Contenants -> Article précédent suivant   imprimer envoyer détacher  
   
Les nouveaux contenants d’alcool pas plus écolos que le verre

Presque à toutes les semaines, un nouveau contenant de vin ou de bière — plastique, tetra-pak, aluminium et tutti quanti — fait son apparition sur les tablettes. Ce qui a tout à voir avec la mise en marché et bien peu avec des considérations environnementales.

« De plus en plus, les entreprises diversifient leur emballage parce que c’est la seule façon de se démarquer, explique Mario Quintin, conseiller en environnement à la SAQ. Il y a des tendances qu’on analyse, mais qui ne sont qu’à leurs premiers balbutiements (ici). »

À la SAQ, le phénomène demeure, pour l’instant, marginal. En 2006, il s’est vendu 147 000 contenants dans le style boîte de jus sur 175 millions de bouteilles (0,01%). Et on estime qu’il le demeurera parce que les Québécois préfèrent les vins de spécialité aux vins de consommation rapide. Il y a le rituel du vin, du tire-bouchon et du liège qui est profondément ancré et un certain snobisme qui vient avec.

N’empêche. En Australie et au Chili, deux gros producteurs, plus de la moitié des vins se vendent en tetra-pak. Aux États-Unis, le mouvement prend aussi de l’ampleur. Il finira par rattraper le Québec. À preuve, les viniers font partie du paysage depuis longtemps.

Or les contenant multimatières (comme le tetra-pak) et le plastique (fabriqué à partir de pétrole) sont plus difficiles à recycler que le verre ou l’aluminium, donc moins écologiques. À la SAQ, on analyse la question. « On reste attentif parce qu’on ne veut pas que ça nous arrive sans qu’on l’ait vu venir », souligne M. Quintin.

Chez les brasseurs, on ne jure encore que par la bouteille brune. Parce que celle-ci est réutilisable, une quinzaine de fois, un avantage écologique indéniable, et que 98 % des bouteilles vendues sont récupérées. Le verre en fin de vie est ensuite dirigé chez un recycleur. Sauf que les brasseurs vendent aussi des bières importées et des canettes, en hausse.

Les bouteilles de bière importée, du verre de couleur, ne sont pas réutilisées. Elles se retrouvent directement au recyclage. Or, leurs ventes vont croissant : le volume a fait un bond de 15 % en 2005-2006. Les marques étrangères représentent maintenant 11 % du marché de la bière au pays selon des données de Statistique Canada dévoilées hier.

Quant aux canettes, elles deviennent de plus en plus populaires. Selon l’Association canadienne des brasseurs, les ventes ont augmenté de 10 % et celles des bouteilles diminué de 4 % l’an passé. Molson a même introduit, pour la Coors Light, une encre thermosensible qui révèle quand la bière est à la température idéale et a rendu d’autres marques disponibles.

Tout indique que la tendance est loin de s’essouffler puisque les moins de 30 ans, biberonnés aux boissons énergisantes, optent plus naturellement pour les canettes : il se boit 40 millions de Red Bull et autres par année au Québec. Seul problème, malgré la consigne, seulement une fraction sont retournées.

La bière en canettes ne représente que 10 % des ventes au Québec, mais la tendance est plus lourde dans le ROC (Rest of Canada). Par exemple, le contenant d’aluminium représente plus de la moitié des ventes en Colombie-Britannique.

Les producteurs de vin ne sont pas en reste. En France, certains crus sont servis en canette — dans le but avoué de séduire les jeunes.

En fait, les nouveaux contenants ont beau être moins écologiques, ils offrent un gros avantage : ils ne cassent pas lorsqu’ils sont échappés. Ce qui a tendance à arriver quand on boit.

Lequel choisir ?

Alors, qu’est-ce qui est le plus écolo, la canette d’aluminium ou la bouteille de verre ? Personne ne le sait avec certitude, pas même chez Recyc-Québec. C’est qu’il faut comparer les deux contenants selon une analyse de cycle de vie.

« Cette étude de caractérisation est dans nos plans », assure Johanne Riverin, la directrice des communications chez Recyc-Québec. Une telle étude tiendra compte des matières premières utilisées, de l’énergie, de l’utilisation du contenant, du transport, de la capacité de récupération, etc.

Normalement, dans la hiérarchie environnementale, on privilégie la réutilisation (les bouteilles de bière consignées) avant la récupération (les canettes). Sauf que ces dernières se recyclent pratiquement à l’infini et on économise 95 % de l’énergie requise à la fabrication. À peine 90 jours plus tard, elles sont de retour sur les tablettes. Mais c’est encore plus rapide pour les bouteilles. Au point où n’a besoin que du tiers de celles-ci pour le nombre total de ventes dans une année, etc. D’où la nécessité d’une analyse de cycle de vie pour trancher.

Le taux de récupération des bouteilles de bière consignées est de 98 %, selon les brasseurs, et celui des canettes d’aluminium, d’environ 60 %. Le taux de recyclage des bouteilles de vins et de spiritueux est d’environ 65 %, selon la SAQ.

Cyberpresse - 31 octobre 2007
 
Les chopes à bière - 1° partie
Expert offers tips for pouring a perfect glass of beer
Tenue de soirée
Une bouteille en alu pour Brasseurs de Gayant
Anger over Church advert that puts Jesus’ face on a beer glass
Windsor Plant Makes 95% Of Anheuser-Busch Bottles
Beer drinkers sign petition against plastic
Belgian beer - in a glass of its own
Comment le Mondial de football fait mousser les ventes de bière
Beer fans say cans are cool
Bière à l’eau de Pâques, bière à l’érable, blanche biologique...
L’importance historique nationale d’Ezekiel Hart
Conflit de travail chez Labatt
La bière verte n’a rien d’irlandais
Molson continue sur sa lancée
Brewery boss faces sex charge
Il était une fois… la SAQ Bières
Décapsuler une bière avec ses seins : un jeu 100% québécois
Pénurie de bière pour les partisans des Oilers d’Edmonton
Beer-opening robot lends a hand to bartenders
Une année charnière pour la microbrasserie BNF
Des bouteilles de bière en plastique ?
InBev se sépare de sa filiale d’embouteillage en Allemagne
Installation de la nouvelle ligne de remplissage de la bière à la Brasserie "EKA"
Boisson hygiénique - Quand une bière fait peau neuve
Remplissage/soutirage
Plastic fantastic beer bottles
La Belgique invente le pipeline à bière
Quelle vie pour la chopine après la bière ?
German Government Proposes New Rules on Bottle, Can Deposits
Cannettes consignées : Holsten fait mousser le plastique
Les brasseurs y gagnent à récupérer les bouteilles
Allemagne au bord de la crise de bière (suite)
Le recyclage de PET, une spécialité suisse
Des fûts recyclables pour la bière, fallait y penser !
Allemagne au bord de la crise de bière
Lutte contre les déchets
5 ans de recyclage au Mondial de la bière
 
 
      sommaire | haut de page | à propos | résumé